Comment choisir ses raquettes à neige ?

Avant de partir à l’assaut des montagnes enneigées, il est indispensable de s’équiper avec du matériel adapté. Fort de son succès, la raquette à neige est une activité hivernale qui voit son matériel se développer chaque hiver dans les rayons des magasins. Pour savoir quel modèle choisir, quelques éclairages sont bons à savoir.

De la plus simple en plastique avec fixation en caoutchouc à la plus sophistiqué en aluminium, on trouve désormais du matériel pour tous les niveaux et tous les budgets. Toutes compatibles avec la plupart des chaussures de marche, une paire de raquettes se choisi en fonction de sa pratique et des terrains rencontrés, mais aussi en fonction de sa taille et de sa corpulence.

Quelle taille de raquettes à neige choisir ?

La taille d’une raquette se caractérise par son tamis, la surface qui est en contact avec la neige. Les dimensions du tamis influencent la portance et la facilité de marche du randonneur. Les débutants qui empruntent les sentiers balisés choisiront une paire de raquettes peu encombrante donc plus maniable, tout comme les petits gabarits pour éviter de marcher avec les jambes écartées. Par contre, pour les randonneurs qui souhaitent marcher dans la poudreuse, le choix d’un tamis plus large est vivement recommandé pour profiter d’une bonne portance et éviter de trop s’enfoncer. Cette règle est aussi valable pour les grands gabarits.

Concernant la longueur de la raquette, inutile de viser trop long au risque de perdre en maniabilité, notamment si la neige est lourde. 55 centimètres de longueur semble une taille de base convenable, qui peut varier en fonction du poids du pratiquant et du type de neige rencontré.

Vigilance sur le poids

En plus du poids des chaussures de marche, s’ajoute le poids des raquettes à chaque pas. Plus une raquette est légère, plus le randonneur pourra marcher de nombreux kilomètres avec confort. Les raquettes entrée de gamme sont souvent plus lourdes car moins sophistiquées. Si on marche sur de courtes distances, le poids peut être secondaire, par contre, lorsque l’on commence à marcher plusieurs heures, il devient décisif dans l’apparition de douleurs et tensions dans les articulations.

Aluminium ou plastique ?

Les raquettes à neige haut de gamme se composent le plus souvent d’un cadre aluminium pour gagner en légèreté et résistance et d’un tamis en toile synthétique. Vu son prix, ce type de raquettes est recommandé aux randonneurs qui s’élancent sur de grandes étendues nordiques et qui pratiquent régulièrement. La majorité des raquettes sont en plastique et plus abordables. Celles-ci disposent de griffes sous l’avant du pied pour une meilleure accroche sur la neige et de crampons sous la semelle qui garantissent une bonne adhérence sur terrains plat et en pente. En fonction des modèles, le nombre de griffes et crampons varient. Pour une pratique plutôt « alpine », il est important d’opter pour un modèle accrocheur.

Les petit plus imparables

Une raquette à neige possède un système de fixation qui permet de faire le lien avec la chaussure de marche. Plus ou moins précis et facile à manipuler, ce système permet également de régler la raquette à la pointure du pratiquant. Les raquettes entrée de gamme sont souvent équipées d’un système basique et souple en caoutchouc. Offrant plus de confort, le système de fixation rigide (à plaque) est plus facile à manipuler, maintient mieux le pied et minimise la fatigue.

La présence de solides cales de montée est un gros avantage lors des ascensions pour soulager les mollets et les chevilles. Enfin, il est toujours mieux d’opter pour un système de fermeture de la fixation facile et manipulable avec des gants.

A lire également :
Notre guide d’achat raquettes à neige
Tout savoir sur la marque TSL Outdoor